• Tanguy

    Synthèse  personnelle

    Nous avons choisi de faire notre TPE sur l’énergie des vagues. J’en avais émis l’idée car je me rappelais d’un article dans le magazine Sciences et Vie Junior sur le sujet qui m’avait intéressé. Personnellement, j’ai trouvé intéressant de se pencher sur une forme d’énergie nouvelle, qui sera une des clés pour sortir de cette situation énergétique actuelle et des désagréments qu’elle induit.

    Nous avons donc commencé à construire un plan, en s’appuyant sur les aspects technique et les potentialités de l’énergie des vagues, et leur origine. Puis, nous avons décidé de rendre notre production finale sous la forme d’un site internet. Je me suis donc occupée de sa création, en prenant comme base une plateforme de blog, puis en configurant à ma manière le site ainsi créé : création des rubriques en suivant notre plan, création du design du site avec le logiciel Photoshop, ajout d’un petit forum pour partager nos idées…
    Par la suite, je m’occuperai de la mise en page des articles proposé par les membres du groupe de travail, pour reformuler des idées, corriger et compléter les recherches avant de les mettre sur le site.


    Parallèlement à ceci, j’ai aussi crée, sur le réseau social Facebook, un groupe d’échange, nous permettant de partager efficacement nos fichiers, remarques, lien, personnes à contacter… De cette manière, les documents sont partagés efficacement entre nous trois, et cette organisation s’est avéré très pratique, notamment pour suivre l’avancement du travail et ensuite pour nous le répartir entre nous.
    Nous avons également pu contacter Alain Clément, chercheur au Laboratoire de mécanique des fluides (LMF) de l'école centrale de Nantes, le concepteur du Searev, par mail. Nous lui avons demandé son avis sur le potentiel énergétique des vagues et aussi l’avancement de son projet. Il nous a envoyé des documents assez intéressants sur le sujet puis nous a informés que le projet Searev était pour le moment en suspens. Après lui avoir posé la question, il a signalé qu’il s’agissait principalement d’un défaut de financement.

    Quand à notre expérience, elle s’est avérée très difficile. Nous avons récupéré un ventilateur d’ordinateur, mais malheureusement le moteur donnait très peu de puissance en mode alternateur. De plus, faire une maquette se révéla assez compliqué : pour récupérer un débit suffisant pour actionner une petite turbine, il aurait fallu des volumes d’eau vraiment importants. J’ai tout de même tenté de récupérer des alternateurs en démontant des lampes à dynamo, mais la puissance dégagée restait faible, et celle qui aurai été délivrée par notre maquette n’aurai pas été suffisante ; ou alors il aurait fallu reproduire une maquette à grande échelle, mais nous n’en avions pas les matériaux, ni de bassin pouvant accueillir notre installation (nous aurions voulu modéliser un wave dragon).
    Il nous fallait aussi isoler l’alternateur de l’eau, ce qui est complexe, car l’hélice et l’alternateur partagent le même axe ! Face à ces difficultés, nous avons seulement reproduit une turbine, en montrant une hélice actionnée par un jet d’eau produire de l’électricité allumant une lampe.
    J’ai tout de même tenté de reproduire une turbine avec un alternateur, un système de multiplicateur à courroie et l’hélice du ventilateur séparée de son moteur, mais les valeurs obtenues mesurées avec le voltmètre était trop faible : 0.04/0.06 V environ, et même pas de quoi allumer une led !

    En conclusion, ce TPE aura été très intéressant, il aura été pour moi l’occasion de découvrir et d’approfondir de nouveaux moyens de production d’énergie prometteur et de se pencher sur la situation énergetique actuelle et nos moyens de production limités.

     

    Tanguy Pacheco